Aller au contenu

Pop Up Stores : entre événementiel, coup de com et commerce.

Le concept de magasin éphémère ou « pop-up store », longtemps consacré aux ventes de produits d’électroménager à prix cassé prend du grade et intéresse maintenant les grandes marques du luxe et du e-commerce. Facile à monter et pensé comme un événement, c’est à coup sûr un concept dans l’air du temps.

Une action marketing hybride

Le phénomène complète l’expérience client avec une action hybride conjuguant l’évènementiel, la communication de marque et une opération de vente classique, on le trouve en Europe comme en Amérique du nord.

Les boutiques éphémères créent des évènements dont le caractère temporaire développe l‘intérêt du public et l‘engouement d’achat. Une véritable campagne marketing qui booste la visibilité de la marque. A l’occasion les marques s’associent souvent avec des partenaires prestigieux.

Entre « brick et clic »

Ce concept tend à gagner de plus en plus de popularité en raison des multiples avantages qu’il représente pour les annonceurs. En effet, pour une boutique normale, le principal obstacle est le loyer. Grâce à la boutique éphémère, les vendeurs peuvent louer un local pendant une courte durée et y exposer leurs produits. Les boutiques en ligne vont ainsi au-devant de leurs clients afin de créer une relation étroite avec les consommateurs.

Un outil pour créer un lien avec les acheteurs de la marque

Les boutiques pop-up ont vu le jour aux Etats-Unis en 2000. Elles sont aujourd’hui souvent associées à des stratégies publicitaires.

La combinaison du marketing d’expérience et des boutiques pop-up est une manière très lucrative de créer un univers magique qui touche et qui laisse un souvenir pérenne à sa clientèle cible. Depuis quelques années, on voit fleurir cette tendance avec des grands noms comme Nike, Louis Vuitton et Sky…Ainsi les magasins éphémères apporteraient 2,1 milliards de dollars à l’économie tous les ans : il semble que ce soit le début d’une révolution pop-up.

Les boutiques éphémères se font principalement connaitre grâce aux nouvelles technologies et notamment grâce aux réseaux sociaux. En effet, les consommateurs partagent leur expérience via les hashtags et différents partages sur les réseaux sociaux.

Un phénomène d’avenir

A l’évidence, les boutiques éphémères sont en pleine expansion. Elles créent habilement un sentiment de surprise, d’originalité et de variété. Cette forme alternative a l’avantage de combler la lacune du e-commerce, qui est de ne pas pouvoir toucher les produits, mais aussi le manque de conseils et d’originalité en point de vente physique.

Les Boutiques éphémères donnent aux vendeurs l’occasion d’avoir une présence physique alternative aux formes traditionnelles de magasins, et créent un véritable dialogue de la marque vers son public en toute convivialité.

On trouve de plus en plus de boutiques éphémères dans les centres commerciaux ou grandes surfaces de ventes. Celles-ci s‘adaptent aux marchés et à la flexibilité commerciale qui veut que « l’on pense globalement mais agisse localement … » (Steve Job).

 

En voici quelques exemples :

Une réussite au Quebec : Womance

Moins présent au Québec, le concept de pop-up store tend à gagner en popularité en raison des multiples avantages qu’il représente pour les annonceurs.

Womance réunit site web et un Pop Up store, ainsi la société alimente les régions du Québec avec chaque mois une nouvelle boutique éphémère.

Andréanne Marquis la créatrice de Womance nous en parle: « Souvent le principal obstacle est le coût, très élevé des loyers. Avec une  boutique éphémère dans un endroit loué de façon temporaire on évite ce problème et on tisse une relation étroite avec nos consommatrices. En effet, on va au plus près de nos clientes et cela donne d’excellents résultats en créant une surprise, un buzz, un événement mais aussi en étant à la porte de notre cible. »

womance

Elle propose ainsi une nouvelle voie pour une mode jeune et tendance. Abordables, ses collections déclinent un univers facile à vivre et fait de ses petits détails un quotidien raffiné. Elle mérite d’être reconnue au delà du Québec et sa boutique en ligne permet déjà cette expansion. Voilà une adresse à recommander.

Louis Vuitton et Supreme

Louis Vuitton en collaboration avec la marque New yorkaise Street wear Supreme a mis en place un mélange de style audacieux des collections des deux marques. Cette initiative attire les publics des deux marques pour un style et un moment unique.

vuitton

 

Adidas et Stan Smith

Associé au marketing expérientiel, ce concept permet aux consommateurs de vivre une expérience client exceptionnelle en se plongeant dans l’univers de la marque.

pop-up stan smith

 

Daisy de Marc Jacobs

L’usage du tweet shop de Marc Jacobs est un brillant exemple d’utilisation de toutes les formes de réseaux sociaux pour créer une immersion complète au sein d’une expérience numérique.

daisy pop-up

Le principe consistait à échanger de l’argent contre des tweets. Ainsi les consommateurs achetaient leurs produits Marc Jacobs, non pas avec de la monnaie traditionnelle mais par le biais de l’hashtag #MjDaisyChain. De plus, les visiteurs étaient encouragés à twitter des images ou des vidéos du « Marc Jacobs pop-up shop » (sur Instagram ou sur Vine), en échange de quoi, ils se voyaient offrir une bague ou une séance de manucure.

pop-up daisy

Cette campagne « pop-up store » qui avait pour but de promouvoir le dernier parfum de Marc Jacobs « Daisy » a connu un fort succès médiatique, notamment avec une forte présence sur les réseaux sociaux. La forte viralité de ces derniers a permis au designer de frapper un grand coup.

Kenzo, « No Fish No Nothing »

Afin de promouvoir sa fondation NoFishNoNothing, qui alerte l’opinion publique sur l’état actuel de la pêche marine, Kenzo a créé « NoFishNoNothing’ Digital Pop-up ».

Ce pop-up store consistait en un grand aquarium digital où les acheteurs pouvaient toucher l’écran, naviguer et acheter les produits de la ligne « No Fishing No Nothing ».

pop-up kenzo

Chaque achat réalisé online ou chaque post sur Instagram du “Kenzo pop-up store” signé du hashtag NoFishNoNothing, rajoutait un nouveau poisson virtuel dans l’aquarium. Ainsi vous pouviez voir l’aquarium se peupler grâce à la contribution des internautes au sauvetage du monde marin.

 

La fusion des réseaux sociaux, du e-commerce et des préoccupations environnementales est une façon ingénieuse pour Kenzo d’atteindre les consommateurs et de marquer l’opinion publique en créant le buzz. Pour le consommateur, cela augmente la qualité de son expérience client et l’aide à se construire une image positive de lui-même.

 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivez-nous

S’abonner à la newsletter